Déjà 3 ans que le projet Victory in Innovation for Kids – electronic (VIK-e) a vu le jour, porté par l’IHOPe en lien avec l’Association Philanthropique de Parents d’Enfants atteints de Leucémie ou autres cancers (APPEL) et avec le soutien de Bristol-Myers Squibb (BMS). En ce 15 février 2019, journée internationale du cancer de l’enfant (International Childhood Cancer Day), nous vous invitons à découvrir les résultats de la première étude relative à la téléprésence au service du lien social en pédiatrie.

Robots de visioconférence : quels bénéfices constatés par les utilisateurs ?

L’étude exploratoire a permis de mettre en lumière de nombreux bénéfices pour les enfants, pour leurs parents, et également pour les soignants :

  • pour les enfants tout d’abord, le fait de conserver leur rôle au sein de la famille dont ils peuvent parfois se sentir exclus, et ainsi maintenir le lien avec la fratrie durant leur hospitalisation ;
  • de leur côté, les parents constatent un impact positif sur l’état psychologique de leurs enfants ;
  • les soignants notent quant à eux que “l’enfant peut « être content de leur présenter son environnement », sa maison, ses frères et sœurs”.

« Les résultats sont extrêmement positifs et engagent à la poursuite du projet, voire à son développement dans d’autres établissements de pédiatrie en France ou auprès d’adultes malades hospitalisés sur de longues durées et ayant des enfants en bas âge », explique le Dr Perrine Marec-Bérard, administrateur de l’Institut d’Hématologie et d’Oncologie Pédiatrique de Lyon, pédiatre-oncologue à l’origine de ce projet.

Lire aussi : relier les enfants hospitalisés au monde extérieur avec le projet VIK-e

Quels points d’amélioration ?

Les points d’amélioration remontés par les participants à l’étude concernent :

  • les aspects techniques généralement dus au réseau et la frustration que cela implique ;
  • les questions et inquiétudes liées à la faible utilisation lors des moments de fatigue de l’enfant ;
  • pour les soignants, une attention particulière doit être portée au maintien de la confidentialité ou encore au questionnement concernant le secret des données médicales.

Globalement, les bénéfices restent toutefois supérieurs aux inconvénients.

Contexte de l’étude exploratoire :

  • lancement en septembre 2016
  • 12 robots de téléprésence mobile déployés
  • 37 familles bénéficiaires
  • 17 patients (8 filles, 9 garçons) âgés de 8 à 23 ans et leurs familles, ainsi que 15 professionnels de santé ont été inclus dans l’étude menée par Julie Henry, maître de conférences en philosophie et Tanguy Leprince, psychologue au Centre Léon Bérard, pour le dispositif adolescents et jeunes adultes en cancérologie.