Robot de téléprésence mobile & enseignement à distance : 3 bénéfices prouvés par le projet Robot Lycéen

Après 3 ans d’expérimentation, l’heure du bilan a sonné pour le projet « Robot Lycéen », conduit par le Conseil régional Auvergne Rhône-Alpes et par un groupement de partenaires rassemblant le centre ICAP de l’Université Lyon 1, le Learning Lab de l’Ecole Centrale de Lyon, l’Institut Français de l’Education (IFÉ – ENS de Lyon) ainsi qu’Awabot.

Cette expérimentation a concerné trois lycées pilotes et deux structures médico-scolaires* : pas moins de 14 élèves ont bénéficié du Robot Lycéen, connectés durant des sessions allant de 5 à 80h d’utilisation, sur des périodes d’une semaine à trois mois. Les motifs d’utilisation ont été principalement liés à des situations de convalescence faisant suite à une maladie ou un accident.

Une première en France et en Europe dont l’objectif était triple :

  • tester l’usage et analyser les apports de la robotique de téléprésence dans l’éducation ;
  • répondre à un besoin d’accompagnement d’élèves temporairement éloignés de l’école, en leur permettant de participer aux cours et à la vie de leur classe à distance ;
  • impulser et accompagner le développement d’une filière économique émergente et prometteuse en région Rhône-Alpes.

Permettre la continuité des apprentissages : bénéfice majeur du projet « Robot Lycéen »

Le rapport d’usages de l’expérimentation « Robot Lycéen » en Auvergne Rhône-Alpes souligne la convergence des avis donnés par les élèves expérimentateurs, les enseignants et les élèves des classes concernées. Parmi leurs conclusions, on note trois bénéfices clairement constatés :

  • la continuité des apprentissages, qui ne s’arrête pas au simple fait d’éviter à l’élève d’interrompre son cursus mais va plus loin, en lui permettant de ne pas prendre de retard.

« Sans le robot, cela aurait été très difficile et très fatigant de rattraper l’intégralité de mes trois semaines d’absence. »

  • le maintien du contact avec les camarades et les enseignants, véritable stimuli de la motivation de l’élève à revenir plus rapidement en classe.
  • l’expression d’une solidarité entre les élèves et également, un impact positif sur le climat de la classe.

Le rapport met également en lumière l’intérêt majeur du robot BEAM, utilisé durant les cours mais aussi pendant les intercours, et notamment dans les couloirs de l’établissement, où l’élève reste mobile : « la présence physique et l’autonomie de déplacement offertes par le robot lui procurent un net avantage sur une solution de visioconférence classique : les acteurs insistent systématiquement sur le fait que le robot incarne véritablement l’élève qui l’utilise, qu’on a l’impression que ce dernier est vraiment là (enseignant) ».

 

*Lycées La Martinière-Montplaisir à Lyon, Fauriel à Saint-Etienne, Carriat à Bourg en Bresse ; Unité Soins Etude (USE) de l’hôpital de La Tronche (Grenoble) ; cité scolaire Elie Vignal à Lyon.

 

ALLER PLUS LOIN : consultez le rapport d’usages ou la synthèse du rapport d’usages sur le site de l’Institut Français de l’Éducation